« Donner la priorité à la santé et à la sécurité des étudiants et des éducateurs par une collaboration intersectorielle plus étroite » – Session extraordinaire de la Réunion mondiale de l’UNESCO sur l’éducation post-COVID-19 (2020 GEM)

Le 22 octobre, plus de 70 États membres ont adopté une déclaration lors d’une session extraordinaire en ligne de la Réunion mondiale sur l’éducation 2020 de l’UNESCO, exprimant leur engagement à protéger le financement de l’éducation  et à mettre en œuvre des mesures pour atténuer l’impact dévastateur de la pandémie sur les élèves, les familles et le personnel scolaire. Dans le cadre de la discussion technique qui a sous-tendu l’adoption de la déclaration mondiale, il a été demandé à la Chaire UNESCO ÉducationS & Santé de participer à la session extraordinaire du thème 2 sur la réouverture des écoles en toute sécurité.

Au cours des derniers mois, le Professeur Didier Jourdan, le Dr Nicola Gray et les membres de la communauté de la Chaire ont rédigé des articles fondés à la fois sur les données scientifiques disponibles et les expériences du terrain afin de guider le processus de réouverture des écoles en toute sécurité avec des partenaires tels que Sir Michael Marmot (Institut de l’équité en matière de santé de l’UCL), M. Sean Slade (ASCD) et le Dr Rémi Laporte (Aix-Marseille Université). La Chaire a également mené une enquête mondiale auprès des professionnels afin de partager les connaissances et les expériences sur les stratégies locales, régionales et nationales de réouverture des écoles.

S’appuyant sur la base des données scientifiques, le Dr Gray, au nom de la Chaire UNESCO, a défendu le « triple dividende » d’une éducation secondaire inclusive, équitable et durable – la santé des adolescents aujourd’hui, des futurs adultes et de leurs enfants – comme le meilleur investissement qu’un gouvernement puisse faire dans sa jeunesse. Elle a fait état des résultats de l’enquête concernant la nécessité d’une collaboration étroite entre les équipes scolaires, les autorités locales et les familles. Elle a soutenu l’autonomisation des adultes dans les écoles – pour garantir leurs droits à un lieu de travail sûr et, en retour, leur responsabilité de protéger l’environnement contre les infections extérieures.

Le Dr Gray a été spécifiquement invitée à répondre aux questions concernant le soutien à la santé mentale lors de la réouverture des écoles et l’optimisation du retour des enfants et des jeunes handicapés. Ces deux questions exigent un travail intersectoriel efficace entre l’éducation et la santé, un point de vue fortement partagé par les contributeurs des États membres, rapporté à la session principale, et confirmé comme action prioritaire dans la déclaration (point 8).