Mois : décembre 2019

Développer le pouvoir d’agir des professionnels en créant des ressources avec eux

Développer le pouvoir d’agir des professionnels en créant des ressources avec eux

Les travaux de recherche comme l’analyse fine des pratiques ordinaires des professionnels ont permis de mettre en évidence les leviers et obstacles à la promotion de la santé à l’école. Un grand nombre de recommandations ont été produites (voir par exemple celles de l’OMS, de l’Unesco ou du réseau des écoles pour la santé en Europe).

L’enjeu pour aujourd’hui n’est pas seulement que certaines écoles deviennent des « championnes de la santé » en remplissant tous les critères mais bien de s’assurer que toutes les écoles peuvent progresser.  Pour cela, il convient de les prendre là où elles sont. En effet, l’École avec un grand E n’existe pas, on observe une grande variété de situations différentes (liées au contexte culturel et social, aux ressources humaines, aux besoins des élèves …) qu’une démarche standard d’implantation peut conduire à négliger. La priorité est de permettre à toutes les écoles de développer des pratiques (accessibles et compatibles avec le contexte) qui contribuent de façon positive à la santé des enfants et des jeunes. C’est un enjeu majeur dès lors qu’il s’agit de réduire les inégalités et de permettre à tous les établissements scolaires, notamment ceux installés dans les espaces les plus vulnérables, d’exploiter tout leur potentiel en vue de la réussite de tous les élèves et de l’action sur les différents déterminants de la santé. Les trois objectifs d’une école inclusive, équitable et en santé sont indissociables.

La démarche qui consiste à inviter les équipes éducatives à appliquer les « bons outils » c’est-à-dire des outils conçus par des chercheurs ayant fait la preuve de leur efficacité dans des expérimentations randomisées a montré ses limites. Les bilans d’un grand nombre de réformes ou d’innovations pédagogiques, y compris celles qui étaient fondées sur une approche « evidence-based », sont décevants. Une fois mises en place et évaluées en contexte ordinaire, ces méthodes ne produisent pas les effets positifs attendus (voir réf. dans Bryk, 2017).

Une autre approche consiste à créer les conditions d’une valorisation, d’une mutualisation et d’un enrichissement des pratiques en matière de promotion de la santé des enfants. Il s’agit de contribuer à accroître le pouvoir d’agir des enseignants en élaborant avec eux de nouvelles ressources et en organisant un dispositif de formation et d’accompagnement. Le modèle est celui de la conception continuée dans l’usage (« Design-based research ») tel que formalisé par Sylvie Cèbe et Roland Goigoux (2018). Il s’agit donc de travailler avec les équipes enseignantes et les autres acteurs de l’éducation, dans la diversité des contextes scolaires, à créer des ressources adaptées et répondant à des besoins.

Cette approche est portée par la Chaire UNESCO « EducationS & Santé » et le laboratoire ACTé, elle a été choisie en Nouvelle-Calédonie pour le développement de l’éducation à la santé de tous les élèves. Une note de présentation du dispositif « Réussir, être bien, être ensemble » peut être consultée.

Publié par Didier dans Actualités
Temps d’échange et de formation avec une équipe d’Oulan Bator en Mongolie

Temps d’échange et de formation avec une équipe d’Oulan Bator en Mongolie

Dans le cadre du Partenariat entre le Conseil Départemental de l’Allier, la chaire UNESCO et l’INSPE, Carine Simar et Philippe Cury, ont rencontré une délégation mongole le 18 octobre dernier. Cet échange a permis de discuter des enjeux de prévention (prise en compte des publics vulnérables et des spécificités du pays, tel que les enfants en situation de handicap ou la population non sédentarisée), qui sont une priorité pour la province d’Uvurkhangaï. Parmi les points forts des échanges, nous retiendrons que la multiplicité des savoirs,- savoirs scientifiques, savoirs culturels, savoirs spirituels, – est en jeu dans l’action de prévention.

Ce fut également un premier contact important pour la Chaire UNESCO ÉducationS & Santé, avec laquelle des collaborations sont envisagées et pourraient conduire à l’accueil des étudiants dans les diplômes de Licence professionnelle et Master Santé, à la désignation d’un représentant de la Chaire dans le pays, et au partage de connaissances.

Enfin, les étudiants de 2ème année du Master Santé Publique ont bénéficié d’une intervention sur la prévention et l’éducation à la santé en Mongolie.

 

La délégation mongole était composée des personnes suivantes : Mme Sainjargal BYAMBADORJ, directrice du département de la politique sociale auprès de la mairie et responsable de la coopération internationale ; Mme Banzragch NAVAANTUYA, médecin à l’école maternelle des handicapés ; Mme Battsetseg DORJDAGVA, médecin traditionnel au CHR d’Arvaikheer ; M. Amartuvshin DASHKHUU, kinésithérapeute au CHR d’Arvaikheer ; Mme Narantsetseg RADNAABAZAR, médecin pédiatre et responsable en chef du département de la politique sociale auprès de la mairie ; et Mme Tungalag, interprète.

 

Pour en savoir plus: https://www.allier.fr/222-la-mongolie.htm

Publié par Didier dans Actualités
Colloque international « Les adolescent(e)s d’aujourd’hui : Penser leur bien-être en contexte scolaire et hors scolaire ». 27 et 28 mai 2020, Université de Saint-Etienne.

Colloque international « Les adolescent(e)s d’aujourd’hui : Penser leur bien-être en contexte scolaire et hors scolaire ». 27 et 28 mai 2020, Université de Saint-Etienne.

Le colloque intercontexte scolaire et hors scolaire est organisé par le département des sciences de l’éducation de Saint-Étienne en collaboration avec l’ESPE de Lyon 1 – site de Saint-Étienne. Il a pour objectif d’offrir un espace d’échanges entre chercheurs et professionnels de l’éducation sur le bien-être des adolescents. Il permettra ainsi d’avoir une vision globale de l’adolescence en prenant en considération sa complexité et sans la réduire à un champ disciplinaire ou professionnel.

Ce colloque se déroulera sur le site Tréfilerie de l’université Jean Monnet de Saint-Etienne, le mercredi 27 et le jeudi 28 mai 2020. Si vous souhaitez participer, l’appel à communication est ouvert jusqu’au 8 février.

Le colloque est entièrement gratuit. Si vous souhaitez assister au colloque ou plus spécifiquement aux conférences sans communiquer, une inscription préalable sera nécessaire.

Appel à communication

L’adolescence est une période de changements physiques, intellectuels et socio-affectifs, impactée par le contexte culturel et socioprofessionnel. Ce colloque propose de s’intéresser de manière plus générale au bien-être des adolescent(e)s et plus précisément à leur bien-être subjectif, défini au sein des débats actuels par la « satisfaction à l’égard de sa vie ».

Comment accompagner les jeunes au mieux pour surmonter cette période particulière de construction identitaire ?

Comment favoriser leur bien-être ?

L’enjeu du colloque est aussi d’apporter un regard international, essentiel pour enrichir le débat sur le bien-être des adolescent(e)s en contexte scolaire et hors scolaire. Cette rencontre pluridisciplinaire a enfin pour objectif de réunir des chercheurs et des praticiens ayant une approche différenciée et complémentaire de l’adolescence. Celle-ci permettra ainsi d’avoir une vision globale de l’adolescence en prenant en considération sa complexité et sans la réduire à un champ disciplinaire ou professionnel.

L’évènement se propose d’ouvrir la réflexion sur deux axes :

AXE 1 : Le bien-être des adolescent(e)s à l’ère du numérique/ des réseaux sociaux :

Le premier axe nous invite à nous positionner du côté des adolescent(e)s et notamment à questionner l’influence de ses différents contextes de vie, en constante mutation, sur leur bien-être. Il s’agira notamment de donner une place particulière à différentes thématiques : les relations aux pairs, les conduites à risque, les nouveaux modèles d’identification.

AXE 2 : Accompagnement et prise en charge du bien-être des adolescent(e)s :

Le deuxième axe se centre sur l’entourage des adolescent(e)s et ce, dans leurs différents contextes de vie. Il s’agit de se questionner sur l’accompagnement et la prise en charge des adolescent(e)s d’aujourd’hui pour favoriser leur bien-être. Nous proposons d’ouvrir le champ de la réflexion sur plusieurs thématiques : le contexte familial, le contexte scolaire, l’accompagnement hors école.

Modalités de soumission

L’appel à communication est décrit dans l’onglet Le colloque-appel à communication. La date limite de soumission est fixée au vendredi 7 février.

Télécharger le formulaire de soumission puis l’envoyer dûment rempli en format Word à : colloqueSDE.2020@univ-st-etienne.fr

Pour plus d’informations : https://colloque-adolescences.univ-st-etienne.fr/fr/modalites-de-soumission.html

Contact 

Pour tout renseignement : colloqueSDE.2020@univ-st-etienne.fr

Publié par Didier dans Actualités
Le projet de loi de finances pour la Prévention en Santé

Le projet de loi de finances pour la Prévention en Santé

Le Ministre des Solidarités et de la Santé a publié, en Octobre 2019, l’annexe au projet de loi de finances pour la Prévention en Santé, comportant les éléments suivants : une  présentation stratégique de la politique transversale, qui expose ses  objectifs  et les moyens mis en œuvre pour les atteindre dans le cadre interministériel ; une  présentation détaillée de l’effort financier consacré par l’État à la politique transversale ; une présentation de la manière dont chaque programme budgétaire participe, au travers de ses différents dispositifs, à la politique transversale.

La politique intersectorielle en faveur de la santé est pilotée au niveau du Comité interministériel pour la santé (CIS). Le Premier ministre a rappelé que « la prévention doit devenir centrale dans toutes les actions qui visent à améliorer la santé de tous nos concitoyens ». Pour la première fois en France, l’ensemble du Gouvernement s’est engagé résolument pour que la promotion en santé et la prévention soient au cœur des priorités de la politique de santé. Avec la parution du premier Plan National de Santé Publique (PNSP)  » Priorité prévention « , l’ensemble des acteurs et décideurs du monde de la santé et des autres secteurs sont conviés à un projet d’envergure pour améliorer la santé de la population.

Ce document très riche permet de disposer d’un premier panorama des politiques contribuant à l’action sur les différents déterminants de la santé. Les programmes concourant à la politique intersectorielle de santé et les crédits affectés sont ainsi détaillés dans le texte.

Pour en savoir plus :

https://www.performance-publique.budget.gouv.fr/sites/performance_publique/files/farandole/ressources/2020/pap/pdf/DPT/DPT2020_prevention_sante.pdf

Publié par Didier dans Actualités
Le défi de la mise en œuvre d’interventions de santé en milieu scolaire – 22e Conférence européenne de l’IAAH 2019

Le défi de la mise en œuvre d’interventions de santé en milieu scolaire – 22e Conférence européenne de l’IAAH 2019

En septembre dernier, le Royal College of Paediatrics and Child Health du Royaume-Uni (RCPH) et la US Society for Adolescent Health and Medicine (SAHM) se sont réunis pour un événement sans précédent afin de célébrer les présidences simultanées des leaders britanniques Russell Viner (RCPCH) et Deborah Christie (SAHM). L’IAAH (International Association for Adolescent Health) a rejoint les organisations nationales britanniques en tant que partenaire organisateur pour deux jours de plénières et d’ateliers de discussion.

Le premier jour, le thème dominant : Les services de santé accessibles aux adolescents, a permis l’émergence d’excellents points de réflexion. Cette question était d’actualité dans le contexte d’un document récent de la présidente de l’ IAAH (Susan Sawyer) et du vice-président pour l’Amérique du Nord (Jon Klein), qui fait état des variations importantes, au niveau international, de l’âge du passage des services de santé pédiatriques aux services de santé pour adultes. Une culture de soins de santé adaptés au développement – non pas liée à l’âge chronologique, mais au rythme du développement physique et psychosocial -, ouvrirait la voie du début de l’adolescence à une transition harmonieuse vers les services pour les adultes, au moment opportun pour chacun.

L’atelier de l’IAAH a eu lieu le deuxième jour de la réunion organisée en partenariat avec la Chaire UNESCO EducationS & Santé. Les Professeurs Chris Bonell et Helen Weiss, tous deux de la London School of Hygiene and Tropical Medicine, ont présenté deux essais comparatifs d’interventions sanitaires en milieu scolaire dans des contextes différents – le Projet Respect dans les écoles du Royaume-Uni et l’intervention SEHER dans les écoles indiennes. Des thèmes communs sont ressortis de leurs conclusions, notamment l’importance d’un dialogue efficace entre le personnel et les élèves et les difficultés de mise en œuvre dans un contexte de ressources limitées et d’enseignants surchargés.

Le Professeur Didier Jourdan, titulaire de la Chaire UNESCO EducationS & Santé, basée à l’Université Clermont Auvergne, a ensuite animé un atelier sur le rôle des professionnels de la santé dans le soutien aux écoles promotrices de santé. Fort de son expérience et de son expertise dans les domaines de l’éducation et de la santé publique, il a souligné que la réussite d’une approche holistique de la santé dépend de la compréhension des leviers d’action et de motivation dans les écoles. Trop souvent, les interventions de promotion de la santé sont déconnectées de la mission fondamentale de l’école et la cohérence avec le travail quotidien des enseignants est négligée.

La Chaire soutient vivement ce travail intersectoriel, qui vise un programme et une approche communs aux services de santé, de la santé publique et de l’éducation. L’IAAH appuiera ce travail pendant toute la durée du projet.

Les résumés de la Conférence Adolescent Health Coming of Age, qui s’est tenue en septembre 2019, ont désormais été publiés et sont disponibles en ligne ici. Les présentations de la conférence peuvent être téléchargées à partir du site Web du RCPCH jusqu’au vendredi 20 décembre 2019.

Lien vers l’article en anglais sur le site de l’IAAH (rédigé par Nicola Gray) 

Publié par Didier dans Actualités
Dr Erold Joseph : Une série d’articles pour « comprendre la santé autrement en Haïti »

Dr Erold Joseph : Une série d’articles pour « comprendre la santé autrement en Haïti »

Le Dr Érold Joseph, actuel directeur de la Santé Scolaire au ministère de l’Éducation Nationale en Haïti, conduit un travail de longue haleine pour implanter l’approche promotrice de santé dans les écoles haïtiennes en collaboration étroite avec le Ministère de la Santé, l’UNESCO, l’OMS et le REFIPS (Réseau Francophone International pour la Promotion de la Santé). Il vient de rédiger le quatrième volet d’une série d’articles intitulés :« Comprendre la Santé Autrement ».

Partant de l’analyse détaillée des causes du décès d’un jeune adolescent haïtien des suites du choléra, Erold Joseph déroule l’enchaînement des faits et des manquements ayant conduit à cette issue tragique. L’examen approfondi et critique de cette situation concrète lui permet d’élaborer progressivement une compréhension globale des enjeux de santé en Haïti comme ailleurs. Il est l’occasion de réaffirmer la nécessaire interrelation des secteurs de l’éducation et de la santé pour répondre à ces défi  s, et tout particulièrement ceux de la santé scolaire.

Le prochain article portera sur la Direction de la Santé Scolaire haïtienne. L’ensemble de ces articles seront regroupés dans un ouvrage de la publication duquel nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Pour accéder à ces articles :

Article 1 : Le décès du petit Gabo. Première partie

Article 2 : Le décès du petit Gabo. Deuxième partie

Article 3 : Le décès du petit Gabo. Troisième partie.

Article 4 : La santé scolaire

eroldjoseph2002@gmail.com

Publié par Didier dans Actualités
Réussir, être bien, être ensemble : l’éducation à la santé en Nouvelle-Calédonie

Réussir, être bien, être ensemble : l’éducation à la santé en Nouvelle-Calédonie

La Chaire UNESCO EducationS & Santé est fière d’être partenaire du dispositif « Réussir, Être bien, Être ensemble » (Rebee), un projet d’éducation à la santé destiné aux élèves des écoles primaires. Porté par le gouvernement et ses partenaires de l’enseignement et de la santé, ce nouvel outil sera déployé dans l’ensemble des établissements du premier degré à la rentrée 2020.

Initié en septembre 2017, le projet Rebee est à la croisée des chemins du projet éducatif de Nouvelle Calédonie et du plan de santé Do Kamo, il constitue un très bel exemple de collaboration intersectorielle réussie. Son objectif : donner aux enseignants les ressources – 200 fiches pédagogiques, un guide, des documents pour la classe – leur permettant de transmettre aux élèves du CP au CM2 des connaissances sur de multiples thèmes comme le corps, la santé, la connaissance de soi, la capacité à résister aux pressions sociales (réseaux sociaux, publicité…)…

Coordonnée par Didier Jourdan, titulaire de la Chaire UNESCO EducationS & Santé, la réalisation des outils « Réussir, Être bien, Être ensemble » a mobilisé des équipes pluridisciplinaires de la direction de l’Enseignement (DENC), de la direction diocésaine de l’école catholique (DDEC), du plan Do Kamo ou encore de l’Agence sanitaire et sociale (ASS-NC). « Nous avons apporté nos connaissances provenant de la recherche et nous soutenons la production et la mise en œuvre du projet, explique Didier Jourdan. À partir des données de la recherche et des constats de santé en Nouvelle-Calédonie, nous avons pris le temps pour travailler avec les professionnels de l’école, en s’appuyant sur l’existant ».

L’équipe REBEE Maternelle

Rebee, ce sont par exemple des activités sur le langage, pour « apprendre à mettre des mots sur les maux », souligne Didier Jourdan. Plusieurs fiches s’appuient ainsi sur des ouvrages de littérature jeunesse, dont certains locaux, en français, en anglais ou en langues kanak, pour parler d’alimentation, savoir exprimer ses émotions… Ce sont aussi de nombreuses activités scientifiques pour travailler sur l’eau, les microbes, les dangers des écrans, ou encore des jeux de rôle pour aborder le sujet sensible des situations de violence ou de harcèlement.

Didier Jourdan est en mission en Nouvelle-Calédonie jusqu’au 13 décembre pour accompagner les conseillers pédagogiques de la DENC et de la DDEC durant les sept journées de formation au programme Rebee dispensée aux cadres de l’éducation et de la santé. Une « formation de formateurs » dans l’objectif que chaque province dispose ensuite des compétences nécessaires pour former leurs enseignants.

Pour plus d’information :

L’actualité du gouvernement du 10 décembre

Les nouvelles calédoniennes du 10 décembre

Journal du 10 décembre sur TV Caledonia

Journal du 12 décembre sur Radio Djido

Journal du 13 décembre sur RRB

Journal du 13 décembre sur NC 1ère

La présentation du dispositif REBEE en présence de Mme la Membre du gouvernement en charge de l’éducation, du directeur de cabinet de Mme la Membre du gouvernement en charge de la santé et de Mme la Directrice de l’agence sanitaire et sociale de Nouvelle-Calédonie

Présentation succincte du dispositif REBEE

 

Publié par Didier dans Actualités
Le 10 décembre: La Journée des Droits de l’Homme

Le 10 décembre: La Journée des Droits de l’Homme

La Journée des Droits de l’Homme est célébrée chaque année le 10 décembre, le jour où l’Assemblée Générale des Nations Unies a adopté, en 1948, la Déclaration universelle des droits de l’homme, proclamant les droits inaliénables auxquels chacun peut prétendre en tant qu’être. Disponible dans plus de 500 langues, c’est le document le plus traduit au monde.

Cette année, le thème s’intitule: « Les jeunes qui défendent les droits de la personne ».

Après les célébrations du 30e anniversaire de la Convention relative aux droits de l’enfant, l’objectif  est de tirer parti de la dynamique actuelle et de mettre en lumière le rôle moteur des jeunes dans les mouvements collectifs, comme source d’inspiration pour l’avenir. Dans le cadre de l’appel universel à l’action « Debout pour les droits de l’homme », il est important de célébrer le potentiel des jeunes en tant que vecteurs constructifs du changement, d’amplifier leur voix et d’engager un large éventail de publics mondiaux dans la promotion et la protection des droits. La campagne, menée par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH), vise à encourager et montrer comment les jeunes du monde entier défendent leurs droits et luttent contre le racisme, le discours de haine, l’intimidation, la discrimination et le changement climatique, pour n’en citer que quelques-uns. Pourquoi les jeunes ?  Leur participation est essentielle pour parvenir à un développement durable pour tous.

Donner aux jeunes les moyens de mieux connaître et revendiquer leurs droits générera des bénéfices à l’échelle mondiale : #StandandUp4HumanRights

Pour plus d’informations, veuillez vous rendre sur le site :

https://www.un.org/en/observances/human-rights-day

https://www.un.org/en/observances/human-rights-day/resources#2019campaignmaterials

Photos :

Publié par Didier dans Actualités
Appel à communication – Conférence internationale « Éducation à la santé: Enjeux présents et défis d’avenir » – 30-31 mai 2020, Oran, Algérie

Appel à communication – Conférence internationale « Éducation à la santé: Enjeux présents et défis d’avenir » – 30-31 mai 2020, Oran, Algérie

La conférence internationale « Éducation à la Santé : Enjeux présents et défis d’avenir » aura lieu les 30 et 31 Mai 2020, à Oran (Algérie).

Cette conférence s’inscrit dans le cadre des activités scientifiques de la chaire UNESCO Éducations & Santé. Grâce à l’étroite coordination de la représentante nationale de la Chaire pour l’Algérie, Camila Aït Yala, cet évènement est le fruit du partenariat réussi de la Chaire avec l’Université Oran 1, le Centre de Recherche en Anthropologie Sociale et Culturelle-Oran et l’École Nationale Polytechnique d’Oran –Maurice Audin , mobilisés ensemble pour permettre le développement de projets concrets, innovants et ancrés dans les réalités locales.

Cette conférence internationale est née du constat qu’il y a urgence à lancer une réflexion collective pour permettre la mobilisation effective et le travail en réseau de l’ensemble des acteurs de la communauté éducative et sportive, de l’environnement familial, des milieux associatifs, de la santé, des entreprises, afin de relever les défis actuels de santé publique.

Elle a pour but de faire émerger les lignes directrices d’une stratégie collaborative interdisciplinaire et de dispositifs participatifs d’éducation à la santé, pour agir efficacement et durablement dans le champ de l’éducation à la santé.

La réflexion s’articulera autour des 6 axes suivants :

  • Vers une école promotrice de santé
  • Programmes de prévention et d’éducation à la santé, vers une approche intégrée
  • La famille comme partenaire de l’éducation à la santé
  • Promotion de la santé en milieu associatif
  • Santé et bien-être en entreprise
  • Mondialisation, sur-urbanisation et nouveaux modes alimentaires

Professeur Abdelbaki Benziane, recteur de l’Université Oran 1 et Professeur Didier Jourdan, titulaire de la Chaire UNESCO EducationS & Santé, seront les présidents d’honneur de cette Conférence.

Pour plus d’informations sur la conférence, vous pouvez vous rendre sur le site spécialement créé pour l’événement: https://ciesa2020.org/ et pour soumettre vos communications: https://ciesa2020.org/soumettre-votre-resume.

Publié par Didier dans Actualités
Une pré-conférence pour avancer vers une véritable intersectorialité

Une pré-conférence pour avancer vers une véritable intersectorialité

Le 20 novembre dernier s’est tenue la pré-conférence « Intersectorialité « next generation » : un moyen efficace de s’attaquer aux inégalités de santé ? », co-organisée par la Chaire UNESCO EducationS & Santé dans le cadre du 12e congrès européen de santé publique de l’EUPHA (Marseille). Le cadre de la réflexion a tout d’abord été posé par cinq présentations de haut niveau, permettant d’analyser un éventail de pratiques intersectorielles en Nouvelle-Calédonie, au Canada, au Brésil et au Danemark.

Les interventions ont été suivies d’une table ronde visant à identifier les leviers et les obstacles à l’intersectorialité, les écarts entre la théorie et la pratique et trois priorités pour avancer vers une véritable intersectorialité.

Les présentations et vidéos des interventions seront très prochainement mises en ligne sur notre page dédiée à l’évènement.

Les échanges, réflexions et les travaux entrepris lors de cette pré-conférence seront poursuivis avec la production d’un article scientifique collectif, dont nous ne manquerons pas de vous tenir informés.

Programme des interventions :

  • Créer de nouveaux écosystèmes pour la production et le partage des connaissances. Jourdan & M-P. Sauvant-Rochat, Chaire UNESCO EducationS et Santé
  • Une véritable intersectorialité au niveau local, que savons-nous ? Potvin, Université de Montréal, Canada
  • L’intersectorialité, la participation et la citoyenneté au cœur même de la promotion de la santé. Akerman, Universidade de São Paulo, Brésil
  • Une approche intersectorielle pour s’attaquer aux inégalités en matière de santé bucco-dentaire. Pichot & S. Tubert-Jeannin, Agence sanitaire et sociale de la Nouvelle-Calédonie
  • Intersectorialité dans les municipalités danoises. H. Holt, Institut national de santé publique, Danemark

Publié par Didier dans Actualités