Jour : 11 novembre 2018

Tribune «Négliger la prévention, c’est renforcer les inégalités»

Tribune «Négliger la prévention, c’est renforcer les inégalités»

Dans une tribune au Parisien-Aujourd’hui en France, deux professeurs et deux députés alertent sur la nécessité de mener une action politique forte en matière de prévention, afin de réduire les inégalités face à la santé.

Les professeurs Didier Jourdan, chaire Unesco et collaborateur OMS ; Franck Chauvin, université Jean-Monnet (Saint-Étienne) et président du Haut Conseil de la santé publique (HCSP). Les députés de la commission des Affaires sociales Ericka Bareigts, élue de la Réunion et ancienne ministre ; le docteur Cyrille Isaac-Sibille, élu du Rhône.

« Comme l’a rappelé le président de la République, si la France soigne bien, elle prévient mal, bien plus mal que la majorité de ses voisins. Loin d’être un concept, le déficit de prévention se mesure : différence de treize années pour l’espérance de vie entre les plus aisés et les plus défavorisés, taux de mortalité prématurée évitable parmi les plus élevés d’Europe, comportements à risques plus présents chez les enfants d’ouvriers que de cadres. Les inégalités de destin sont liées au lieu de résidence, notamment dans les territoires d’outre-mer.

En finançant un système de santé presque exclusivement fondé sur le soin -héritage historique de 1945-, la France a renforcé les inégalités face à la santé, inégalités qui trouvent essentiellement leurs racines dans les différences d’accès aux actions de prévention primaire. Les facteurs de risque individuels, mais surtout collectifs ou environnementaux, sont en effet autant de déterminants majeurs qui pèsent sur la santé des plus défavorisés. Et si leurs effets sont tardifs et s’observent principalement dans la deuxième partie de la vie, ces déterminants interviennent très tôt dès la grossesse et l’enfance et peuvent être contrés. C’est donc auprès de notre jeunesse qu’il faut agir !

Si prévenir permet de lutter contre les inégalités de destin qui s’installent dès le plus jeune âge, prévenir est aussi un acte citoyen et de bon sens. La pérennité de notre système de santé solidaire est en danger face à l’augmentation croissante des maladies chroniques et au vieillissement en mauvaise santé de la population. La prévention est un remède efficace : pour un 1 euro investi dans une action préventive, c’est 14 euros économisés par notre système de santé. Il y a donc urgence à agir !

Une prise de conscience semble s’être récemment opérée. En 2017, la prévention a fait irruption dans les discours des candidats à l’élection présidentielle, suscitant un vif espoir. Désormais inscrite à l’agenda politique comme une priorité de la stratégie nationale de santé, elle a trouvé une traduction concrète via la mise en œuvre de quelques décisions structurantes telles que le plan Priorité prévention présenté par le Premier ministre et la ministre de la Santé au mois de mars. Mais ces actions isolées ne peuvent suffire pour passer réellement des intentions aux actes.

Parmi les nombreuses productions récentes concernant la prévention, le rapport présenté par la mission d’information de l’Assemblée nationale relative à la prévention santé en faveur de la jeunesse propose une feuille de route à la fois simple et complexe à mettre en œuvre. Simple, parce que tous les ingrédients pour une politique de prévention ambitieuse existent déjà, mais complexe, parce qu’elle nécessite une alliance de ses acteurs, une unification de notre système, des actions ciblées sur les publics qui en ont le plus besoin, des financements identifiés et des données robustes et disponibles.

L’heure ne doit pas être au fatalisme, mais à l’action. Seul un portage politique fort peut redonner une colonne vertébrale à notre politique de prévention, qui doit reposer tant sur les déterminants et comportements individuels de santé que sur les déterminants environnementaux, ainsi que sur la promotion de la santé dès le plus jeune âge.

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) doit être l’occasion de signifier que la révolution de la prévention, à laquelle le président de la République a encore récemment rappelé son attachement, est en marche et que la prévention prendra toute sa place dans le système de santé renouvelé qui se dessine pour les cinquante prochaines années. Il devra comporter un volet prévention primaire fort, innovant et volontariste. Faute de quoi, les plus jeunes subiront dans quelques dizaines d’années les effets de ce système de santé qui soigne bien mais prévient mal et que nous n’aurons collectivement pas pu faire évoluer. C’est l’avenir de notre jeunesse qui se joue actuellement. »

Publié par Didier dans Actualités
Séminaire « renforcer le lien entre école et santé » à l’université chinoise de Hong Kong

Séminaire « renforcer le lien entre école et santé » à l’université chinoise de Hong Kong

Le séminaire « renforcer le lien entre école et santé » à l’université chinoise de Hong Kong a réuni des intervenants locaux et internationaux. Il s’agissait, sur la base de l’expérience du réseau des écoles promotrices de santé de Hong Kong, d’étudier les modalités d’une articulation plus étroite des secteurs de l’éducation et de la santé au service de la réussite de TOUS les élèves.

Le dispositif hongkongais est particulièrement structuré. Conduit par le Pr. Albert Lee il articule accompagnement, formation, labellisation et lien à la recherche. Un article décrivant le Hong Kong Healthy Schools Award Scheme est disponible ici.

Didier Jourdan est intervenu sur la question des inégalités et des données de la recherche concernant les approches permettant de les réduire.

Le Pr. St Leger (Université Deakin)

 

 

 

 

 

 

 

Le Pr. Lee (université chinoise de Hong Kong)

Publié par Didier dans Actualités
L’inauguration de la chaire UNESCO « EducationS & Santé »

L’inauguration de la chaire UNESCO « EducationS & Santé »

Le mercredi 10 octobre 2018 a eu lieu l’inauguration officielle de la chaire UNESCO ÉducationS & Santé au siège de l’UNESCO à Paris. Plus de 200 participants représentant 40 pays ont pris part à cet évènement. Les chaires UNESCO Éducations & Santé, couplées au nouveau centre collaborateur OMS pour la Recherche en Éducation et Santé, sont des ressources stratégiques pour la production et le transfert de connaissances. La Chaire met en relation toutes sortes d’acteurs : agences des Nations Unies (dont l’UNESCO et l’OMS), États membres des Nations Unies, universités, écoles, ONG, entreprises et communautés locales. Elle vise avant tout à construire et animer une communauté globale, qui soutienne et donne visibilité aux projets innovants.

Nous souhaitons adresser nos plus sincères remerciements à toutes les personnes qui ont participé à cet événement. Vous n’avez pas pu vous joindre à nous ? Vous trouverez ci-dessous des extraits des interventions marquantes de la soirée, parmi lesquelles celle de Mme Stefania Giannini (Sous-Directrice Générale pour l’éducation, UNESCO), Mr. le Dr. Tedros Adhanom Ghebreyesus (Directeur Général, OMS), Mme le Dr. Chris Brown (Chef de programme, Bureau européen pour la santé et le développement, OMS Europe), Mr. le Prof. Benjamin Williams (Premier Vice-Président, Université Clermont-Auvergne), Mr. le Prof. Tadashi Kobayashi (Vice-Président directeur pour l’Éducation et la Recherche, Université d’Osaka), Mr. le Prof. Michael Marmot (Professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’University College London et Directeur de l’Institut pour l’équipé en santé), Mme le Dr. Faten Ben Abdelaziz (Coordinatrice de l’unité Promotion de la santé, OMS, Genève), Mme le Dr. Ikuko Tomomatsu (Chercheur au Kanagawa Centre for Clinical Research and Strategy au Japon), Mme le Prof. Fatou Diagne (Professeur en Sciences de l’Éducation à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal), et Mr le  Prof. Pierre Fonkoua (Professeur en Sciences de l’Éducation, Université de Yaoundé, Cameroun).

Le travail actuel est centré sur les dispositifs de recherche et de transfert de connaissances, notamment les futurs documents d’accompagnement des écoles promotrices de santé. Nous comptons sur vous pour y contribuer et vous tiendrons informés de nos activités sur notre site internet, Twitter, LinkedIn et par messages électroniques.

 

Mme le Prof. Beverley Yamamoto (titulaire de la Chaire UNESCO ÉducationS & Santé japonaise, Université d’Osaka) & Mr. le Prof. Didier Jourdan (titulaire de la Chaire UNESCO ÉducationS & Santé française et directeur du Centre collaborateur OMS pour la Recherche en Éducation, Université Clermont-Auvergne) ont affirmé conjointement : «  La Chaire se veut un catalyseur tant en ce qui concerne la recherche que le transfert de connaissance. Sa contribution sera modeste mais concrète et opérationnelle. » 

 

Mme Stefania Giannini, Sous Directrice Générale pour l’éducation à l’UNESCO : ‘ » Cette chaire UNESCO constitue un laboratoire d’idées. La « santé » et l’ « éducation » sont deux composantes fondamentales pour le développement des enfants, des individus en général et des sociétés. La création de la Chaire couplée à un centre collaborateur OMS à l’Université de Clermont-Auvergne est le résultat d’une collaboration renouvelée entre l’UNESCO et l’OMS. Sans une étroite coopération entre les systèmes de santé et les systèmes d’éducation, la promotion de la santé à l’école ne pourrait pas fonctionner ». 

Mr. le Dr.Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’OMS: « L’OMS s’engage avec l’UNESCO à promouvoir l’éducation et la santé de tous les enfants et tous les jeunes. L’éducation et la santé sont les deux meilleurs investissements que l’on puisse faire dans le capital humain. Chaque enfant a droit à une santé et une éducation de qualité ».

 

Mr. le Prof. Michael Marmot (University College London, directeur de l’Institut pour l’équité en santé): « L’éducation est un déterminant clé pour l’équité en santé. Donner à chaque enfant le meilleur départ possible dans la vie. Permettre à tous les enfants, les jeunes et les adultes de développer leurs capacités et prendre le contrôle de leurs propres vies. L’injustice sociale tue à grand échelle. »

Publié par Didier dans Actualités
Les conférences données lors de l’inauguration de la chaire UNESCO « EducationS & Santé »

Les conférences données lors de l’inauguration de la chaire UNESCO « EducationS & Santé »

La cérémonie d’inauguration de la Chaire a été marquée par quatre interventions principales dressant l’état des lieux global de l’éducation et de la promotion de la santé. Quelles sont les principaux enjeux pour la prévention et la promotion de la santé, quels sont les besoins, notamment concernant les données scientifiques, afin de permettre le développement des pratiques et des politiques et comment la Chaire UNESCO et le centre collaborateur OMS peuvent-ils contribuer à relever ces défis ?

Les quatre intervenants principaux étaient :

– Monsieur le Pr. Michael Marmot, Professeur d’épidémiologie et de santé publique à l’University College London, Directeur de l’Institut pour l’équité en santé

– Madame le Dr. Faten Ben Abdelaziz, Coordinatrice de l’unité “Promotion de la santé” à l’OMS à Genève

– Madame le Dr. Ikuko Tomomatsu, Chercheur au Kanagawa Centre for Clinical Research and Strategy au Japon

– Madame le Pr. Fatou Diagne, Professeur en Sciences de l’éducation à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal.

Intervention 1 Michael Marmot Inauguration Chaire UNESCO ÉducationS & Santé 10-Oct-2018

Intervention 2 Faten Ben Abdelaziz Inauguration Chaire UNESCO ÉducationS & Santé 10-Oct-2018

Intervention 3 Ikuko Tomomatsu Inauguration Chaire UNESCO ÉducationS & Santé 10-Oct-2018

Publié par Didier dans Actualités
21ème congrès européen de l’association internationale de Santé de l’Adolescent ( IAAH) à Chisinau

21ème congrès européen de l’association internationale de Santé de l’Adolescent ( IAAH) à Chisinau

Du 3 au 5 octobre 2018 à été organisé à Chisinau en Moldavie, le 21ème congrès européen de l’association internationale de Santé de l’ Adolescent. La conférence était centrée sur les enjeux liés aux inégalités “Equal opportunities for healthy development for all adolescents”.

Le programme de la conférence en anglais

Les objectifs de la conférence :

  • To apply a gender perspective to the promotion of good health and wellbeing among adolescents
  • To facilitate inter-sectoral co-operation across health, education and social care
  • To enhance participation of youth in health promotion and health services

 

 

Didier Jourdan a animé avec Vladislav Kuchma de la fédération de Russie, Huber-Gieseke Tina de Suisse et Tigran Yepoyan de l’UNESCO un atelier sur la santé à l’école.

Le descriptif de l’atelier

L’atelier en image

Il est intervenu dans l’atelier animé par Valentina Baltag (OMS) consacré à la promotion de la santé.

Le descriptif de l’atelier

Il a donné une conférence sur les modalités de collaboration entre professionnels de différents secteurs.

Présentation : Comprehensive sexual education: how can health professionals and teaching staff collaborate effectively?

Publié par Didier dans Actualités
10ème conférence européenne de l’UIPES : la promotion de la santé tout au long de la vie

10ème conférence européenne de l’UIPES : la promotion de la santé tout au long de la vie

Du 24 au 26 septembre a été organisée à Trondheim en Norvège la 10ème conférence européenne de l’UIPES : la promotion de la santé tout au long de la vie.

Cette conférence a été l’occasion d’approfondir le travail relatif au cadre épistémologique de la recherche en promotion de la santé initié par la chaire UNESCO « EducationS & Santé », l’union internationale de promotion et d’éducation à la santé (UIPES), le forum international pour la recherche en promotion de la santé, l’EUPHA et Eurohealthnet.

Le programme de la conférence

Didier Jourdan a préparé et animé, avec Mark Dooris de l’université of Central Lancashire, le symposium relatif à l’approche milieu (école, prison, travail, clubs sportifs, hôpitaux…) en promotion de la santé.

Le descriptif en anglais du symposium :

In 1986, the Ottawa Charter contended that: “Health is created and lived by people within the settings of their everyday life; where they learn, work, play and love.” It is this assertion that launched the Healthy Settings movement, which has spawned multiple initiatives and networks across the globe.
Informed by an ecological model of health promotion and reflecting a whole system perspective the approach is widely understood to involve:

– a focus on place, people and increasingly planet – and the inter-relationships among them
– an understanding of settings not only as convenient places to target health messages and discrete interventions, but also as contexts that directly and indirectly impact wellbeing
– a commitment to integrating health within the culture, ethos, structures, processes and routine life of the organizational and place-based settings.

A diversity of research, policy and practice is based on these three pillars, even while the Healthy Settings approach is constantly evolving and being renewed.
This interactive symposium will outline key characteristics of the Healthy Settings approach; take a stock of the innovative initiatives; discuss its role in addressing 21st century problems linked to the rising prevalence of non-communicable diseases; consider its relationship to salutogenesis and health literacy; and explore challenges and future opportunities

Le descriptif du symposium

Publié par Didier dans Actualités
Conférence : « Santé : quels investissements, quelles incitations ?  » organisée par chaire « Transitions démographiques, Transitions économiques »

Conférence : « Santé : quels investissements, quelles incitations ?  » organisée par chaire « Transitions démographiques, Transitions économiques »

La Chaire « Transitions démographiques, Transitions économiques » a organisé le jeudi 20 septembre à la Caisse des Dépôts une conférence sur le thème suivant : « Santé : quels investissements, quelles incitations ? « .

Environ 15 milliards d’euros sont consacrés à la prévention en France, alors que les actions de prévention ont en moyenne un ratio coût-efficacité comparable à celui des actions curatives. Face aux mauvaises performances du système de santé français en termes de comportements à risques, les pouvoirs publics ont le souci d’accroître les dépenses de prévention. Dans ce contexte, la Chaire TDTE a mené un travail de recherche original dont l’objectif est de déterminer l’impact d’une politique ambitieuse de prévention sur l’espérance de vie, le bien-être et l’évolution des dépenses de santé.  Des premiers scénarios de politiques de prévention ont été présentés lors de la conférence.

Cette Chaire s’intéresse aux impacts du choc démographique en France et propose des diagnostics afin de donner une nouvelle vie à un contrat générationnel trop daté. Ce travail s’articule autour de quatre axes d’études, parmi lesquels celui de la « Santé et perte d’autonomie ».

Didier Jourdan est intervenu dans la table ronde  n°2 intitulée «Quelles incitations comportementales en faveur de la prévention ?».

Le site de la chaire « Transitions démographiques, Transitions économiques »

Le programme de la conférence « Santé : quels investissements, quelles incitations ? « 

Publié par Didier dans Actualités