Conférence sur une approche intersectorielle des politiques de santé et d’éducation à la maison franco-japonaise de Tokyo

Didier Jourdan a donné une conférence à la maison franco-japonaise de Tokyo le 5 novembre 2017 sur le thème « Travailler ensemble à la santé et au bien-être de tous les enfants et adolescents, une approche intersectorielle des politiques nationales à l’action à l’échelon local ».

 

De nombreuses données collectées à l’échelon international attestent des liens étroits existant entre la santé et l’éducation. D’abord, il est clair qu’une mauvaise santé est un obstacle à l’apprentissage. En milieu scolaire, les difficultés de santé affectent tant l’implication dans les activités de classe, les attitudes des élèves que leurs résultats scolaires. Ensuite, il existe un lien fort entre niveau d’éducation et santé. Plus le niveau d’éducation est élevé, plus l’état de santé est bon. Ceci se manifeste sur les comportements liés à la santé, comme sur l’espérance de vie ou l’accès au soin. Si la famille est le lieu principal de l’éducation, l’Ecole, en tant que milieu de vie et comme espace privilégié d’éducation, est aussi susceptible de contribuer à l’amélioration de la santé.

Au cours des 4 dernières années, le projet de recherche sur les écoles promotrices de santé en Europe et au Canada (axé sur le développement du curriculum, la pédagogie et les liens entre les écoles et les communautés) mené par le Département des études de l’enfance de l’Université Nishi Kyushu et le Département des Sciences Humaines de l’Université d’Osaka, a produit de nombreuses données. Plus récemment, les travaux réalisés lors de la phase préparatoire à la création de la chaire UNESCO et du réseau UNITWIN « EducationS et Santé » ont permis de mieux comprendre le rôle des écoles dans le domaine de la santé dans différents pays.

Cette présentation visait à mettre en évidence les enjeux du développement de politiques intersectorielles de l’échelon local à l’échelon national. C’est l’articulation des dynamiques éducatives et sanitaires qui a été mise en avant sans que cela ne minore la nécessité de politiques intersectorielles associant des domaines aussi variés que l’urbanisme, les transports, l’économie, le social… Nous avons proposé une réflexion sur la contribution spécifique des systèmes éducatifs dans le domaine de la prévention et de l’éducation à la santé sachant que, selon les pays concernés, la place des questions de santé dans les politiques éducatives diffère significativement. Nous avons tenté de montrer que le rôle de l’Ecole ne saurait se limiter à la transmission de messages de prévention. L’enjeu principal de l’éducation à la santé en milieu scolaire est aujourd’hui la mobilisation de l’Ecole sur ce qui, dans sa mission propre, est de nature à promouvoir la santé et non le transfert, vers l’Ecole, de problématiques sanitaires. Avancer dans ce domaine n’est possible qu’à la condition de prendre conscience d’une part de la complexité de l’éducation qui résiste à tous les raccourcis et à toutes les recettes miracles et d’autre part du fait que la mission première de l’Ecole n’est pas de lutter contre tel ou tel fléau mais bien de former les citoyens de demain et de permettre la réussite de tous.

Après avoir abordé la question des liens existant entre école et santé, nous nous sommes centrés sur la place de l’éducation à la santé dans le champ scolaire avant d’élargir notre regard aux politiques éducatives et de santé. Nous espérons susciter un échange sur la base de la situation au Japon et France.

Texte de la conférence en japonais

Texte de la conférence en français

Lien vers le site de présentation