Des fondements scientifiques pour les politiques intersectorielles au service de la santé et du bien-être de tous

Didier Jourdan est intervenu à la conférence de haut niveau de l’OMS « Œuvrer ensemble à l’amélioration de la santé et du bien-être » à Paris le 7 décembre 2016 sur le thème « des fondements scientifiques pour les politiques intersectorielles au service de la santé et du bien-être de tous ». Il a souligné que fonder l’action publique sur les données disponibles était à la fois un enjeu d’efficacité et un enjeu éthique. Il a mis en avant la double contribution des travaux scientifiques : l’aide à la compréhension des phénomènes sociaux, sanitaires, éducatifs d’une part et l’appui à la définition des modalités d’intervention d’autre part. En ce qui concerne les défis pour le futur, il a rappelé l’enjeu de se placer dans une perspective transformative, de dépasser la référence à l’implantation pour travailler sur les conditions du changement local, de produire des données sur les contextes et la façon dont une intervention pimg-20161207-wa0002ublique interagit avec les systèmes, sur le passage à l’échelle, la généralisation, la transférabilité. Il a souligné la place de l’innovation et a appelé au développement et à la valorisation des recherches-intervention. Pour terminer, il s’est focalisé sur l’enjeu du rapprochement des diverses formes de savoir au service de l’action et la création des conditions d’une dialogue permanent entre les acteurs publics, la société civile, les praticiens, les scientifiques… Pour cela il a rappelé qu’il est nécessaire de structurer les liens entre lieux de productions de savoir, lieux de décision, lieux de pratique, société civile, il a donné l’exemple du projet de chaire UNESCO couplé à un centre collaborateur OMS « Ecoles, Santé et Education ».

Le diaporama (en anglais) est disponible sur le site de la conférence de haut niveau.